n’année, nannèreuh

Passé le nouvel an a Grenoble, c’était bien. Même si express. Et par dessus le marché j’ai raté mon train, que je devais attraper en sortant du travail. Il a donc fallu re-payer un billet, attendre une heure à la gare, arriver à Lyon pour 23h et, puisqu’à cette heure tardive il n’y avait plus de trains pour grenoble choper un car pour finalement aller rejoindre mon amoureux. Si CA ce n’est pas une vraie preuve d’amour… L’ensemble n’était d’ailleurs pas si dramatique. Sur le quai ‘jai fait la rencontre d’une femme charmante nommée Pierrette qui m’a offert une cigarette pour me calmer les nerfs et un verre pour patienter jusqu’à mon départ. On a discuté à une terrasse et avons convenu que les choses de la vie comme ça font finalement tout le sel de la chose.Poursuivre la lecture de « n’année, nannèreuh »

Paname burlesque renvue #9 – célébrons la gourmandise et mon chéri

La paname burlesque revue 9 était une édition de pure anthologie.

le thème de la gourmandise était amené et exploité à merveille. Mamzelle Viviane nous a régalé de madeleines et a profité de la soirée pour fêter le lancemet de son calendrier, réalisé avec Soazig le Bozec dont je vous disait déjà du bien lors de la dernière édition. le Calendrier a vraiment l’air géniallissime, franchement si vous ne savez pas quoi mettre dans votre liste au père noel il me semble que le grand format est une suggestion tout à fait recevable. Lady Flo a cuisiné sur scène (si vous saviez ce qu’elle sait faire avec une poche a douille mes enfants…) , nous avons découvert avec grand plaisir Shana Brown, qui pourrais en effet être la nouvelle Josephine Baker avec ses jambes interminables et son énergie qui semble inépuisable.Poursuivre la lecture de « Paname burlesque renvue #9 – célébrons la gourmandise et mon chéri »

capture

Coup de chance, j’ai une petite photo à partager avec vous. L’occasion de partager quelques derniers souvenirs de la soirée en vrac, comme des bulles de savon.

Mais d’abord un grand merci à Soazig le Bozec qui a pris cette photo, l’occasion pour moi de découvrir son travail. Poursuivre la lecture de « capture »

BDS, quand y’en a plus y’en a encore

Jess m’évite du travail en se fendant d’un article à propos de son show sur son blog, y faire un tour ne vous fera pas de mal.

Où l’on découvre que la miss à mobilisé tout un tas de gens pour l’affaire (chose à laquelle je me suis connement refusée, ne montrant même pas une seule fois ma choré à chéri) et travaillé avec acharnement non seulement à retrouver une condition physique mais aussi à assembler le tout.

Encore bravo à elle.Poursuivre la lecture de « BDS, quand y’en a plus y’en a encore »

La Paname Burlesque Revue est-elle une bonne drogue?

La Paname Burlesque Revue tiens une place particulière dans mon cœur. Ce n’est pas bien sur l’ambiance intimiste d’une FetishInParis, où nous sommes pour ainsi dire en famille, depuis le temps, mais j’apprécie cet anonymat relatif, qui nous sort du bain habituel de ragots, de petites rivalités, de sentiments larvés. On doit trouver ce cocktail a peu près partout, ne soyons pas injuste, mais à la Paname j’ai l’immense privilège de ne pas être concernée.

Le lieux, aussi, est absolument renversant. Un dancing des années 30, comment faire mieux? Avec le vaste parquet, les danseurs ont tout l’espace nécessaire pour se déchainer, largement aidés par les merveilleux DJ Bart&Baker et Turky. J’aime le son d’une Paname Burlesque Revue bien plus que je n’aime les sons underground d’une soirée fetish. Les participants font généralement un réel effort d’élégance et l’on croise, c’est assez rare pour être souligné, des messieurs au costume très élégant, très recherché. Et les shows…. holala les shows. Je ne m’en lasse pas. La Paname Burlesque a donc tout en théorie d’une excellente drogue, administrée par lady Flo, la très très belle Lady Flo, dont je n’aime pas toujours le personnage mais à qui je reconnais le réel mérite d’être cohérent et aboutis. D’ailleurs je m’y suis faite, maintenant la voix de lady Flo est pleinement intégrée a mes souvenirs, qui perdraient de leur brillant s’ils en étaient privés.

Malheureusement la Paname Burlesque ne se consomme pas pure, elle même est bien trop coupée. A chaque fois que la revue commence nous nous changeons tous en petits enfants nous nous asseyons tous par terre devant la scène au mépris de nos bas nylons et nous prenons nos aises comme si nous étions entre amis, pour voir les performancesau mieux et porter notre enthousiasme au plus près des demoiselles qui se produisent. Ne vous laissez pas choquer par le procédé, quand on connais les lieux il semble évident que si l’ont regardais le show bien assis sur nos banquettes depuis l’autre coté de parque de danse il faudrait que chacun apporte des jumelles. lady Flo nous engueule même quand on ne s’approche pas assez vite. Invariablement à chaque show on retrouve donc tout devant la scène non pas un mais trois rangs de photographe, qui parfois se lèvent, s’inclinent sur le côté, se baissent au contraire, à s’étaler par terre, en vous balançant parfois leur pieds dans le genoux. Inutile donc de chercher une trouée parmi ces têtes et ces objectifs où de calculer le meilleur angle possible, les coquins sont mouvants! Et se gênent parfois les uns es autres. On retrouve ensuite sur myspace, facebook, flickr, une foule de clichés pas tous flatteurs pour les acteurs mais cependant mis en ligne on ne sait pourquoi, sans respect. les filles commencent à se sentir comme des bêtes curieuses, le public aussi commence à se demander s’il n’a pas un penchant étrange pour que vingt à trente types jugent nécessaire à chaque fois de dégainer leur matériel pour immortaliser le tout. Etrangement le public n’est lui que rarement photographié (et à ce propos j’en profite pour taper gentiment sur les doigts d’Oliv, qui viens toujours avec son appareil mais n’a jamais pris une seule photo de moi. Il saura cependant que je ne le vise pas personnellement, lui qui photographie depuis son coin, n’emmerde personne et connais personnellement la moitié des filles) et on en arrive à avoir le sentiment de gêner ces augustes reporters de… quoi?

Je lance donc l’appel: Lady Flo, par pitié, mettez en place une accréditation ou au moins remettez-en un vertement à sa place, pour l’exemple.  Votre soirée est tellement merveilleuse, orchestrée avec tant e soin, le public tellement enthousiaste que je ne peux qu’imaginer que vous avez les moyens de sélectionner à chaque fois cinq photographes selon votre cœur (quelques clichés sont toujours utiles) et de remettre les autres à leur place, c’est à dire parmi nous.

Je m’insurge que le photographe s’imagine tellement au delà des règles qu’il puisse aller à une soirée sans faire partie ni de l’équipe ni du public. A moins qu’ils ne soient tous reporters de guerre professionnels il est temps que ce groupe compact se dissolve un peu parmi nous, ne serais-ce parce que les meilleurs clichés sont ceux pris sur le vif, et qu’il est quasi impossible d’agir avec naturel quand on se sent épié à ce point.

En conclusion je dirai que oui, la Paname Burlesque est une bonne drogue, tout de même. Et je n’en rate pas une, j’y invite mes amis, je prépare ma tenue des jours à l’avance à chaque fois, et je danse jusqu’à la fin. Et vous devriez y aller, tous autant que vous êtes, parce que ca change, que ca fais du bien. Virons les photographes et je serai même prête a distribuer des flyers en porte jarretelle, pour le bien de la cause ^^.

D’ailleurs par anticipation je vous signale que la prochaine édition est programmée pour le 10 septembre, que je n’accepterai aucune défection, et que vous trouverez toutes les infos nécessaires ICI

Le bal des princesses.

Le 17 avril au pavillon royal c’était Bal des princesses.

La page facebook avait brièvement attiré mon attention mais faute de comparses pour cette soirée j’avais plus ou moins fait une croix dessus, quand finalement je me suis tournée vers ma soeur, a deux jours de l’évènement. Plus qu’enthousiaste, elle a elle-même rameuté quelques amies, m’a aidé a bricoler quelques tenues (on a changé un rideau et un boa en une sublime jupe de princesse froncée, froufroutée, drappée… un délice!)

Nous nous sommes toutes entassées dans le même appartement pour notre transformation en princesse, et croyez-moi, c’était un joyeux bordel, ces quatre filles qui courraient partout en cherchant un haut, de la dentelle, un chapeau, en se disputant le dernier macaron ou en cherchant a découvrir quel verre de vin était a qui. Il me semble d’ailleurs maintenant que quand on est plus capable de le dire avec certitude tout le monde devrais arrêter de boire immédiatement.

Puis nous nous sommes toutes installées dans un taxi, que mon homme avait obligeamment commandé 30mn plus tôt. Initiative intéressante parce que dans l’effervescence qui nous avait toutes prises je crois qu’aucune d’entre nous n’aurait jamais réfléchis a ce problème. Et hopla, direction le bal des princesses ou m’attendais déjà Bess Lisbeth.

Sur place nous avons été bluffées par le décor. des lits a baldaquin blanc dressés dans les jardins invitaient à la confidence, la terrasse pour les fumeurs et les danseurs échauffés était délicieuse, ainsi que les diverses salles du pavillon, même si une attention soigneuse n’avais pas été portée a TOUS les détails. Mais enfin tout de même, le décor se prêtait bien à l’évènement. Après peu de choses a en dire. Nous avons bu, dansé, bu encore, discuté dans un des baldaquins, encore beaucoup dansé. Nos corsets Volute ont eu un succès terrible et a chaque passage au coin des dames il fallait donner l’adresse de la boutique a au moins trois personnes. A 1h30 du matin bess et moi nous sommes finalement échappées et avons trouvé deux personnes avec qui partager un taxi pour rentrer chez nous.

Je me suis démaquillée sommairement et mise au lit moins de quatre heures avant le fameux shoot place de la concorde, qui fait l’objet d’un article ici:

http://www.mademoisellecherie.net/?p=580

Même si du coup le manque de sommeil m’a  un peu desservis je ne regrette pas du tout l’enchainement.

ET voici une vidéo de la soirée que j’ai déniché sur le web, pour que vous puissiez voir les lieux. Même si elle a été tournée principalement dans le boudoir… ma foi je n’ai pas mieux pour le moment. Bon ben vivement l’année prochaine!

http://www.dailymotion.com/swf/video/xd0v7l
le bal des Princesses
envoyé par lebaldeversailles. – Découvrez des webcam de personnalités du monde entier.

Paname Burlesque Revue au Balajo. On reviendra!

Hier soir c’était Paname burlesque revue au Balajo sur Bastille. J’y étais en tant que simple visiteur, pour encourager Susie Garter lors de son défilé pour les nylons d’Oliv. Soirée détente, pas de boulot au programme. Je me suis donc contenté d’un look doucement mignon: Jupe taille haute noire, top en crêpe de soie bleu layette, escarpins pastels avec une touche de rose et pochette vintage chinée a Londres d’un joli Lilas. Maquillage naturel, cheveux lâchés. Et bien c’était très joli et je regrette de ne pas avoir demandé a mon chéri de prendre une photo.

On réparera peut-être cette erreur aujourd’hui.

C’était ma première fois au balajo, et j’ai été en fait assez bluffée par la salle, spacieuse, très agréable, a la déco très rock avec un vrais parquet de danse convenablement limité et plusieurs tables et banquettes tout a fait convenables. Convivial et festif. Tout a fait comme j’aime. Quelques recherches sur internet m’ont appris que l’endroit n’est pas supposé avoir changé depuis sa création en 1935. Détail qui risque de m’amener a revenir…

Le défilé a commencé un peu en retard, comme c’est souvent le cas. Mais les DJ’s ne se sont pas contenté de meubler l’espace sonore en attendant le début effectif des shows et nous ont proposé un vrais enchainement de tubes, posant sans scrupules classique après classique. A tel point que j’ai appelé ma sœur pour vérifier si elle ne pouvais pas se joindre a nous… le moment était bien sur idéal pour retrouver les autres habitués: Oliv’ des Nylons d’Oliv’ bien sur, Vanessa et Yussuf (qui portait un costume magnifique) de Mon boudoir Lingerie, DR, qui prenait les photos de la soirée Cervin, caméra au poing cette fois-ci… Everstreet, très jolie, s’est brièvement assise a notre table pour discuter avec Vanessa mais je n’ai malheureusement pas eu l’occasion de me faire présenter.

Amelia Elodie Raley et Stella Polaris. Photo: Frédéric Betshc

Detail du petit défilé Les Nylons d’Oliv’. Photo: Fédéric Betsch

Puis le show a commencé. Qu’en dire… quand on en viens au burlesque je suis comme une petite fille a Disneyland: tout m’enthousiasme, tout me plait. Mention spéciale pour Lady Flo, Mademoiselle Ho! (prononcer Hooooooo, comme quand on ouvre un cadeau), Marianne Cheesecake qui était réellement merveilleuse et le duo de crooners: Miss Lolly Wish et George Bangable. Leur numéro Leur duo de charme m’a particulièrement séduite. Bien entendu les autres performeuses à l’affiche étaient aussi toutes géniales, mais allez raconter un numéro burlesque….Voilà que je me heurte aux limites de mon blog!4

Lolly Wish et George Bangable. Photo: Frederic Betsch

Bref: soirée excellente. Nous sommes partis vers 00h30, il faisait doux dans les rues, la station de taxi était toute proche et nous avons été pris en charge pour ainsi dire tout de suite. la parfaite soirée Parisienne a mon sens.

Noel… zut alors.

Noël peut être une des fêtes les plus importantes de l’année, y faire face n’est cependant pas une mince affaire. Tous les ans par exemple j’essaye avec l’énergie du désespoir d’imposer ma vision du sapin monochrome et de bon gout, et mon aversion pour les guirlandes lumineuses rachitiques et déprimantes qu’on trouve a peu près partout. Mon avis: tout comme pour les chaussures, si une guirlande n’est pas fastueuse je trouve qu’il est plus judicieux de la laisser au placard.

Celà étant nous essayons de ne pas céder a la classique dépression des fêtes, en tirant dans la mesure du possible le meilleur de la période. Par exemple nous avons décidé de mobiliser l’équipe pour réaliser un clip de noel, très sérieusement inspiré de celui de « Christmas is all around » dont on peu profiter dans le film love actually. Si vous n’avez vu ni l’un ni l’autre ajoutez donc ce DVD a votre wishlist, il se matérialisera dans votre salon d’ici cinq semaines seulement. Maintenant revenons-en au clip. C’est ma grande sœur qui a eu l’honneur de faire le chant solo lors de l’enregistrement la semaine dernière. Enregistrement nocturne et sérieusement arrosé. Elle y interprète avec conviction un vieux tube: Rocking around the christmas tree. Il y a eu débat pour le titre, j’avoue que je penchait plus en faveur d’un truc sweet et sexy comme « santa baby » mais ma sœur n’est pas exactement le genre a faire les choses avec sexytude, quand il s’agit d’une plaisanterie.

Plus conventionnel dans la série noël: les cadeaux bien entendu. les filles ont fait un tellement bon boulot au salon que j’essaye de les aider a avoir un truc qui leur fasse vraiment vraiment plaisir avec mes maigres moyens.  Pour Clémentine ce sera cette jolie paire de chaussures de la collection Bordello par Pleaser, mais en tout noir, avec la semelle rouge bien sur. Je trouve qu’elle a particulièrement bien choisi et suis même un micro poil jalouse.

Pour mon Noel a moi j’espérait pouvoir m’offrir le coffret « Le Rituel », qui est constitué d’une bouteille d’excellent champagne et d’une coupe en forme d’escarpin dessinée par Christian Louboutin. Il y a tout un buzz qui sévit dans les milieux du luxe, de la mode et du fétichisme autours de ce coffret scandaleux et je suis particulièrement touchée, d’autant que j’ai besoin d’une sacré perfusion de Louboutin, croyez-moi.

L’orgasme du cuir chevelu

Bon j’avoue: j’ai un peu la flemme de raconter les deux derniers jours de travail en bretagne.

Donc voilà quelques photos backstages avec Ramses, le loup, et Nounours, le lapin, et Sofia toute seule parce qu’elle est jolie.

IMG_0300P7130228_webMariage loug-garrou

On s’est beaucoup amusées malgré la fatigue qui commençait sérieusement a devenir pesante, et j’ai été estampillées « mordue par un loup ». Bon il a a peine entamé ma main parce qu’il voulait s’enfuir et que je le tenais, les marques sont déjà parties du coup ça fait moins spectaculaire que prévu mais… n’empêche que dans un diner mondain « ça me rappelle la fois où je me suis fait mordre par un loup en forêt de Brocéliande » ça claque.

De notoire aussi: j’ai convertis pas mal de monde au Breiz Cola (le Cola du phare ouest) et au far breton.

Puis donc je me suis fait déposer aux environs de Carnac pour une petite semaine chez un ami d’enfance. C’était très bien. J’ai découvert « Crime Arnaque et Botanique » entre autres supers films regardés pendant mon séjour, expié es pechers de l’année en marchant pieds nus sur une route mal goudronnés en rentrant de la plage, beaucoup réfléchis a tout un tas de choses et me voilà de retour a Paris.

Et a peine rentrée je me suis rendu compte qu’il était quand même plus que temps que je fasse un truc a propos de mes cheveux. Je me suis donc dirigée vers le salon de coiffure le plus proche n’espérant pas de miracle, juste un rafraichissement. Et le miracle eut lieux.

Donc je vais pas donner de nom par discrétion mais le miracle a 22 ans et aime les jolies chaussures. Allez savoir comment mais oui, en 15mn j’avais réussi a lui faire dire ça. Mais c’est bien, parce que du coup on a tout de suite sympathisé. J’ai donc mis la main sur le coiffeur parfait, celui qui comprends quand je dis « je voudrais un truc années 50 », qui me complimente sur les chaussures et qui, botte secrete, fait des massages du cuir chevelu a tomber par terre. Je pense que s’il s’était interrompu en me demandant la combinaison de mon très secret coffre a lingerie je l’aurai donnée sans même m’en rendre compte. Si le mec ouvre un salon, avec une botte secrete pareille il n’aura aucun mal a fidéliser la clientèle croyez-moi.

Donc me voilà de nouveau brune (il était temps!!) et de nouveau visible en public.

Pour ne pas perdre de vue la scène fétichiste française je vous sort aussi le trailer du bal des supplices qui aura lieu a Lyon le 26 septembre et qu’il ne faut SURTOUT pas rater, encore que je me soit proposée a Sylvain pour son défilé et qu’il n’ai toujours pas répondu, le vilain. Si ça se trouve je ne participerai donc pas aux performances. Mais même sans ça je ne raterai pas une soirée qui m’a laissé une si grosse impression l’année dernière. On a même invité quelques amis « vanille » a se joindre a nous. heureusement qu’avec ma monstrueuse garde robe je peut habiller les copines quand elle décident d’accepter!