n’année, nannèreuh

(ma) vie de fille

Passé le nouvel an a Grenoble, c’était bien. Même si express. Et par dessus le marché j’ai raté mon train, que je devais attraper en sortant du travail. Il a donc fallu re-payer un billet, attendre une heure à la gare, arriver à Lyon pour 23h et, puisqu’à cette heure tardive il n’y avait plus de trains pour grenoble choper un car pour finalement aller rejoindre mon amoureux. Si CA ce n’est pas une vraie preuve d’amour… L’ensemble n’était d’ailleurs pas si dramatique. Sur le quai ‘jai fait la rencontre d’une femme charmante nommée Pierrette qui m’a offert une cigarette pour me calmer les nerfs et un verre pour patienter jusqu’à mon départ. On a discuté à une terrasse et avons convenu que les choses de la vie comme ça font finalement tout le sel de la chose.

Pendant ce temps là c’est Bess qui gardait mon chat et je peux vous dire, vu l’état dans lequel j’ai retrouvé le félin, qu’ils ont du bien s’entendre.

Je ne vous infligerai pas davantage le couplet lénifiant sur les meilleurs voeux et les bonnes résolutions que je ne vous ai battu la coulpe avec  noël et le pardon, en effet  je n’écrit cet article que le 3 janvier, cela fait donc déjà trois jours que je reçoit des messages standardisés non plus seulement de Sephora ou d’autres spammeurs auquels je pourrais être abonnée mais bien de personnes réelles inscrites dans mon carnet d’adresse.

La palme reviens a ce photographe qui m’a envoyé « Je te souhaite des voeux sincères, joie, santé et bonheur ! », sur mes deux adresses mails. il y a fort à parier que toute sa liste de contacts a reçu exactement la même, invoquer la sincérité et me tutoyer de la sorte alors que nous ne nous sommes même jamais croisés en chair et en os me semble relever de la science fiction, mais il y a fort à parier que le gus a appuyé sur le bouton « envoyer » sans sourciller une seconde. On retiens néanmoins la bonne intention, la cocasserie du geste ne saurait affecter mon opinion vis à vis de cet homme au travail par ailleurs fort valable. Mais tout de même…

Plein plein plein plein de projets photos passionnants pour janvier, en fait on observe même un engorgement de mon calendrier.

Pendant la courte période où mon agenda a été perdu j’ai accepté des shoots sur des journées où j’étais par ailleurs déjà prise, et pour ne pas faire de mécontents il faudra que je prenne sur moi de commencer tôt et de finir tard, parfois à des endroits diamétralement opposés. Pas de chance…

Plus festif: cette semaine je prends mon premier cours d’effeuillage burlesque. Maintenant quand on me demanderai quand, mais quand diable ai-je l’intention de finalement monter sur scène je pourrais répondre « bientôt ». Bon certes il n’y a que trois personnes à me poser cette question mais ils y mettent une ardeur particulière.

Ca plus l’anniversaire de Snoofy, la paname Burlesque revue le 21 janvier, la FIP le lendemain, un stage de danse le surlendemain, les cours, les devoirs… ça n’est âs maintenant que je vais prendre le temps de dormir, et c’est tant mieux. Je préfère quand le farniente, ça n’est qu’en photo.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.