Compte rendu FetishInparis.

soirées et expos

Oups… il faut que je vous avoue quelque chose: j’ai séché la FIP. Samedi soir on était sur le canapé Jordan et moi, on avait imprimé l’itinéraire pour se rendre sur place, et il avait lancé un Star Treck en fond sonore pour nous occuper, et puis je sais pas… à 22h au lieux de chercher une robe, me maquiller et décoller on a convenu qu’en fait on était bien mieux sur le canapé, serré l’un contre l’autre avec le chat au milieu.

En plus je savais toujours pas quoi mettre, la robe sélectionnée ne contenant toujours pas ma poitrine (qui, dieu merci, semble tout de même dégonfler, lentement), et le trench rose que j’envisageai  sinon était cassé. A propos, je me demande pourquoi payer 600£ un truc chez agent provocateur si c’est pour que la fixation des jarretelles se casse la gueule au 4ème port. Et je suis modèle, pas baroudeuse, on ne peut pas dire que mes fringues soient soumises a de gros défis.

Mes cheveux faisaient la gueule, le show annoncé était un show piercing et moi les shows piercing ca me fait peur, et avec le régime Dukan l’alcool c’est interdit. De même que les jus de fruits, sodas autre que light et ainsi de suite. Donc bon, chéri et moi on a convenu qu’on préférait l’un comme l’autre rester à la maison. Et c’était bien! admettons-le avec tout le stress que j’ai subi ces derniers temps j’ai été proprement imbuvable avec lui et c’était bien de passer un moment juste tous les deux, sans qu’il faille m’écouter/me calmer/me rassurer, sans que je fasse des plans d’avenir forcément horribles et pessimistes. Je regrette bien sur d’avoir raté la FIP, en plus ça ne se fait pas, quand on a confirmé sa présence on se pointe, mais je ne regrette pas ma soirée.

En plus, trop gentille, Lexie m’a fait un compte rendu! Alors que je guettais les premiers commentaires sur le lieux, l’ambiance sur facbook et le site fetishinparis, voilà qu’est apparu sur ma boite mail un message avec un objet « petit récap de la FIP à l’usage de celles qui étaient trop fatiguées pour venir 🙂 ».

J’aime bien Lexie. Elle est inflexible, portée sur les potins (mais pas forcément branchée ragots, et puis est-ce un défaut, tant qu’on ne veux du mal à personne?), il fraudais vraiment qu’elle laisse tomber ses chaussures type converse qui me collent des cauchemars à chaque fois qu’on va à la piscine ensembles pour adopter une paire de bottines un peu modes mais je l’aime bien parce qu’elle est franche, logique, souriante et ponctuelle.  Et elle bosse bien.

Donc j’ai recoupé le mail de Lexie avec tous les commentaires/articles/potins que j’ai pu glaner et je vous livre le résultat de mon travail de patchwork.

Le lieux a manifestement plu à tout le monde. Plus vaste que le précédent, bien organisé. le dancefloor semble ne plus du tout occuper une place centrale et prendre au contraire une dimension plus intimiste. ca me plait, j’aime qu’on puisse danser sans avoir autours de soi un grands espace vide délimité par des murs blancs auquel sont adossés 50 personnes qui s’emmerdent et vous regardent pour tromper l’ennui. ca fait « boom de l’après midi » dans un lycée catho, ca m’agace. A cet égard j’avoue regretter parfois les soirées de mon adolescence aux caves St sabin, avec la piste pleine a craquer. Souvent beaucoup de m’as-tu-vu qui brassent de l’air, prennent de l’espace, agitent leur manteau de cuir et leurs cheveux de mec trop dark, mais passé trois heures du matin on y retrouvait une ambiance festive et souriante (oui oui, chez des gothiques!) que je n’ai retrouvé depuis qu’au BDS… en mille fois plus glam! Du coup je me rends compte que je viens de vous avouer avoir trainé dans des soirées goth a 17 ans. La classe…. à toutes fins utiles je tiens à signaler que c’est maelle delaplace, ma toute première photographe, qui m’y trainait. Certes j’aimais porter des talons vertigineux, des corsets minuscules, boire de la vodka, flirter avec de jolis garçons/filles et rentrer pompette, ça me donnait un très net sentiment de rompre avec mon quotidien très policé, mais je e m’identifiais ni au courant, ni à ces nuits, ni aux personnes que j’y croisait. C’était… un passe temps, une parenthèse. Je me rappelle que quand on me demandait depuis combien de temps j’étais goth (question stupide, horrible, ridicule!) je répondais « un samedi de temps en temps depuis un an ».

Je digresse. Chouette endroit, quelques « ateliers » bien placés, photo, shibari, une scène pour les performances, un coin des artistes (expos, dédicaces) qui accueille le buffet à 01h. Pour le moment tout semble impeccable. Je n’ai que plus envie d’y aller. On note la présence incongrue d’un fauteuil roulant, dont quelques participants créatifs ont à priori fait on usage.

Le show: a priori sublime. Enfin vraiment ces choses me font froid dans le dos, c’est viscéral. Malheureusement le buffet a été servi quand les demoiselles étaient encore sur scène, peu de personnes sont donc restées jusqu’à la fin, et celles qui sont restées ont été privées de nourriture.

Le nouveau DJ: impossible de tirer des conclusions claire, et de toute façon mes gouts musicaux étant ce qu’ils sont je coris que le milieu se passera aisément de mon opinion. Quelques soucis de sono, rien qui ai réellement handicapé la soirée.

Les gens: manifestement beaucoup de personnes se sont décommandées à la dernière minute, on retrouvait donc sur place une FIP épurée d’environ 200 personnes.  idéal, ai-je envie de dire. beaucoup de belles tenues malgré une dominante noire (on s’y attendait!). Le tout assez mondain et très joueur en même temps, selon les endroits.

Une excellente FIP, que certains ont même considéré comme leur meilleure. Très encourageant. Si l’équipe doit s’adapter à son nouveau lieux (ce qui est bien naturel) on peut espérer des soirées de grande qualité pour la suite.

petit bémol: il semble que la porte du 66 Pelleport soit restée ouverte toute la soirée, certaines filles découvertes sont rentrées enrhumées. Rien qu’un grog et un dimanche au lit ne puisse soigner, apparemment.

Record de vitesse: quelques photos apparaissent déjà.

En voici une prise par Paraoxal Studio, j’avoue que je suis bluffée.

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.