A pieds joints dans le vintage.

Le backstage

Encore une merveilleuse journée de shooting a vous raconter, grâce a Ginkgo et son homme qui m’ont proposé il y a un moment déjà de mettre a dispositions leurs trains anciens pour un shooting. C’est plusieurs mois plus tard au Klub, lors du fetish shopping juste avant la Torture Garden Paris que nous nous sommes finalement recroisées, et nous avons convenu d’un diner pour discuter de tout ca.

Bon donc Ginkgo, trop gentille, trop généreuse, prête a mettre toutes ses ressources a notre disposition et a nous préparer un bon déjeuner pour qu’on puisse bosser tranquille, j’ai finalement eu honte de ne pas m’être mise au boulot plus tôt et j’ai contacté Dita, Fred, Ventricule et Naturelle pour voir si l’idée ne les intéresserait pas. Beaucoup de partis pris dans ma sélection, il me fallait a tout prix Dita pour ses make up fabuleux et sa solidité dans une équipe, Fred pour sa façon de bosser et aussi parce que j’avais très envie de retravailler avec, tout bêtement, Ventricule a cause de son visage de poupée et de ses fringues incroyables et naturelle car Jordan et moi avions envie de re-travailler avec elle depuis un moment. Finalement Dita n’a pas pu venir, de même que Ventricule mais je n’ai contacté personne d’autre, parce que j’avais la stupide mais très nette impression que personne d’autre ne conviendrait.

Et l’équipe a très bien fonctionné comme ca. Agréable surprise: Naturelle porte très bien tout ce qui sort de mon armoire, Elle a beau être plus élancée ses mensurations assez proches des miennes font que je peut l’habiller en faisant comme pour moi, sans même avoir à réfléchir. Et ca marche, regardez-ça.

Autre coup de bol monumental de la journée, le directeur d’une association de passionnés de voitures anglaises est passé ce jour là préparer une future visite du lieux au volant de sa triumph. Gingko nous a gentiment arrangé le coup pour poser avec. Le monsieur, ravi, est revenu quelques heures après avec sa jaguar pour qu’on puisse en profiter aussi, et nous a laissé entendre que si nous revenions le 8 aout nous aurions tout un tas d’autres superbes voitures à disposition.

Autres détails amusants: Tim, le fils de ginkgo, tout excité par notre venue et qui nous suivait partout dans sa petite voiture électrique et a même posé avec nous, quelques galères de flahs plus rigolotes que vraiment ennuyeuses et pas mal de fous rires entre bas nylon, latex (j’avais ramené deux robes), maquillage, grosses machines et petits coins mignons. je vous livre les quelques photos que j’ai déjà retravaillé, malheureusement la lumière de la fin de journée était assez capricieuse, je pense que celles que Fred a prises seront meilleures. Du coup vous n’aurez que la matinée, désolée. En plus la retouche risque de se faire attendre, avec un fils bien remuant et un nouveau né on ne peut pas s’attendre a des miracles.

A très vite pour de nouvelles aventures! Je n’ai jamais eu de nouvelles du photogrape qui devait me shooter en odalisque aujourd’hui, ma prochaine séance sera donc théoriquement ce jeudi, en lingerie avec des effets d’ombre portées. J’espère pouvoir vous livrer le résultat rapidement.

15 réflexions sur “A pieds joints dans le vintage.

  1. Voilà une magnifqiue série, je suis fan de ce style de cliché vintage où l’on retrouve tout les atouts et charmes des femmes de al belle époques!! Les tenues,les bas, les escarpins ,l’ambiance tout est parfait! J’adore

    1. haha…. pour le trench je l’ai trouvé a Londres, au marché près de la boutique Lulu & Lush. Vraiment un bon coin pour le shopping vintage. Bon il est trop étroit a la poitrine et ne tombe pas très bien sur moi mais je ne désespère pas de pouvoir le porter « normalement » un jour.
      Quand au carré plongeant qui tombe bien de naturelle je vous conseille de la contacter: elle a un secret.
      peut être le donnera-t-elle, peut être que ca ne se transmet que de bouche de druide a oreille de druide je ne sais pas. En tout cas il ne m’appartient pas de vendre la mèche.

  2. Dommage que sur une des photos la semelles des Louboutin soit pleine de boue, mais de beaux clichés je trouve, Naturelle est une femme très belle

    1. Ne vous déplaise mais les Louboutins sont des chaussures comme les autres: elles s’usent.
      ce que vous voyez la n’est pas de la boue mais ce qu’un trouve sous la fine couche de rouge de la semelle. Malheureusement elles tendent toutes à devenir comme ca.

  3. Ce fut une séance très sympathique et fructueuse tant au niveau du résultat qu’a la perspective de faire encore mieux la prochaine fois.
    Encore merci d’avoir pensé à moi (et ma voiture) pour cette aventure.

  4. Encore une autre ambiance, et un autre rendu et cela se voit dans une atmosphère qui semble apaisée de regards lointains et sereins.Il y a une beauté profonde qui s’en dégage et qui est bien independante du decor meme si celui ci est incontestablement de qualité .

  5. Serais-ce le temps de la maturité?
    En tout cas je me sens il est vrais plus sereine qu’avant dans le choix et la mise en oeuvre de mes séances, je ne ressent plus le besoin d’obtenir l’assentiment de tout le monde et ne travaille qu’avec des gens que j’admire et plus des personnes « en vue ».

    Si ca se voit tant mieux.

  6. Ne vous déplaise mais que la semelle s’use est un fait… mais que le cuir de la chaussure devienne « marron » il y a peu de chance… Le sol étant boueux j’en déduit qu’il s’agit de boue… De plus si en effet il s’agit d’une usure je vous conseil les semelles de rechange… Une personne « amoureuse » de ce type de chaussure et qui se prétend fétichiste non « lambda » ne devrait pas laisser ce genre de détail sur une photo

    1. plusieurs points.
      1) le sol était de sable, je vous invite vivement a contacter les autres personnes participant a cette séance pour vous en assurer si vous n’avez, comme je le suppose, pas envie de me faire confiance.
      2) merci pour le conseil sur les semelles de rechange
      3) me suis-je prétendue quoique ce soit? Il ne me semble pas par ailleurs qu’on puisse créer une échelle de valeur des fétichistes et me placer dessus.
      Si le ton de ma réponse vous a heurté de façon à ce que vous ayez ressentis le besoin de revenir à la charge je m’en désole, mais que vous veniez ici chercher la petite bete alors que je ne suis ni professionnelle, ni soutenue par un bureau de styliste, ni encore doté de moyens mirifiques est tout aussi désolant… voire déplacé.

  7. Aucunement, d’ailleurs relisez mon premier commentaire et vous y verriez que j’ai appréciée vos photo (si ce n’est le détail de la chaussure, mais je suis perfectionniste « trop »).

Laisser un commentaire