La fille au miroir

Je vous avait promis du nouveau, vous avez probablement vu passer des indices sur facebook, voici le résultat.
Ca fait quelques mois que j’envisages d’investir plus dans mes shootings, financièrement s’entends, pour pouvoir sortir de mon salon. Concrètement ça veut dire sauter le pas de payer une chambre d’hôtel et une maquilleuse, de prendre le temps de prévoir une note d’intention, briefer tout le monde, et une fois sur place supporter de lâcher prise.

C’est un travail à la fois sur la confiance en soi (ce que je fais est assez bien pour déplacer des gens et j’ai le droit de vouloir réaliser mes projets) et d’humilité (je ne peux pas penser à tout ni tout faire toute seule sans m’épuiser avant même de déclencher). C’est long, c’est compliqué, mais je le fais. Je fais taire le voix intérieurs qui me disent que je ne mérite pas tout ça. Je fais la direction artistique de mes shootings, j’engueule les gens qui ne font pas ce que je veux si nécessaire. Et avoir une team me permet d’écouter leurs suggestions, de confronter les avis, de m’enrichir au contact des autres et de faire du meilleur boulot.

Bref, je voudrais remercie Camille et Marie

 

Camille André a réussi ce sublime makeup et les boucles qui vont avec. Marie Bordel a pris les photos. Je pensais faire un autoportrait mais quand je me suis rendu compte à quel point le temps pressait j’ai décidé de me reposer sur elle et elle a fait nettement mieux que ce que j’espérais.

En plus de ça on a passé un excellent moment, j’espère pouvoir recommencer bientôt.

Pour vous aider à visualiser un peu la facture, il y a eu

  • 121€ d’hotel
  • 50€ pour le makeup
  • 45€ pour faire manger tout le monde

Deux généreux followers ont offert déjà respectivement 50 et 20€ pour m’aider à financer le projet, qui a fourni trois séries d’images. Si j’arrive à sortir environ 50€ par set posté sur Patreon ou Zivity, cette session sera auto-financé, à défaut d’être rentable. J’ai déjà planifié les séances d’octobre et de novembre, on peut dire qu’au minimum je pouvais me le permettre, au mieux que j’y crois. Dans tous les cas je vous assure que je m’amuse beaucoup et que je suis fière du résultat.

Je vais continuer à produire et diffuser gratuitement mon contenu parce que l’Erotica sur internet a besoin de toujours plus de passionnés qui veulent créer des contenus beaux, en accord avec leurs valeurs, et laisser le monde un peu plus joli qu’ils l’ont trouvé. Je fais ça, je ne compte pas arrêter de faire ça. C’est ma petite contribution à moi. Je ne veux pas que la chose sexuelle soit la branche pauvre et triste des arts numériques. Le fait que certains d’entre vous aient choisi de me montrer leur gratitude en m’aidant à porter le coût financier de cette création ou en rémunérant le temps que j’y passe me surprends toujours et me comble à la fois.

Pour soutenir cette série et la création de suivantes, vous pouvez passer rejoindre ma page Patreon ou Tipeee

2 réflexions sur “La fille au miroir

  1. Sara Romeo dit :

    Franchement c’est dégueulasse ce que tu fais. En diffusant ton contenu gratuitement tu détruis les revenus de touTEs ces passionnéEs d’Erotica qui ont le droit de gagner leur vie avec quelque chose qui le passionne et qui, à cause des gens comme toi, vont se retrouver sur la paille avec tout l’horreur qui cause une perte de revenus. Il faut arrêter la petite réthorique: si c’est par plaisir c’est gratuit e bla bla bla. Combien des gens aiment gagner leur vie en faisant un travail qui leur plaît? Combien détestent leur sexualité gratuite et pourtant ont toujours le droit de la pratiquer? Si cela aurait été un contenu chaste il y aura eu des protestations mais dès qu’il s’agit de sexe, voilà que le double standard revient au galop. C’est tellement discriminatoire. Si quelqu’un détruisait tes revenus ça te plairait? Tu veux éduquer les autres mais au final ce n’est pas arrogant de la part de quelqu’un qui a encore tellement à apprendre? Tu penses pas qu’on t’utilise parce-que sur le fond c’est du gratuit? Si je penses à toutes les vies que tu détruis en disant que ca va rendre le monde un peu plus joli! Et tu ne t’en rends même pas compte (heureusement que tu veux être une éducatrice). Quelle honte!

    1. Madame Chérie dit :

      Ok Sara, tu as dit ce que tu voulais dire.
      J’ai l’impression que tu as une vision du marché très compétitive où il n’y aurait assez de place que pour un nombre limité de personnes.
      Le truc c’est que tout le monde produit un contenu différent et donc s’adresse à sa petite niche perso. Donc c’est vraiment pas dit qu’en postant gratuitement mon contenu je tape vraiment sur ta propre audience.
      C’est facile d’être énervée contre moi, mais je ne vole pas ton contenu pour le reposter gratuitement

      Je crois que tu confonds aussi gratuité et exploitation. Pourtant, la gratuité c’est un modèle valable qui peut très bien se tenir.
      C’est mon business model, tu aimes ça ou pas, moi je trouve qu’il est à la fois fonctionnel et qu’il colle à mon éthique.
      Je ne veux pas forcer les gens à payer pour accéder, je veux leur offrir et qu’ils me donnent des sous si ils pensent que c’était cool, comme un groupe qui joue au chapeau. Si tu es curieuse, y’a l’excellent Ted talk « the art or asking » par Amanda Palmer qui traite de ce sujet, en gros la question c’est pas « comment est-ce qu’on fait payer les gens » mais « comment est-ce qu’on permet aux gens de payer ? ». Et ils payent.

      Quid de tous les petits couples exhib qui font ça pour le kiff, es-tu énervée contre eux ? Et allons nous pousser jusqu’à dire que si je vis ma meilleure vie de salope et que je baise des mecs gratos, je retire du boulot à des TDS ?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.